Fabrizio Cassol

Musicien et compositeur (Belgique)

Compositeur et saxophoniste du groupe Aka Moon depuis 20 ans. Il s'associe régulièrement à des chorégraphes tels que Alain Platel, Anne Teresa De Keersmaeker, Lemi Ponifasio, Faustin Linyekula ; l'opéra avec Philippe Boesmans-Luc Bondy et le théâtre avec Tg Stan.

Depuis plusieurs années, la collaboration avec le KVS, le théâtre Royal Flamand de Bruxelles sous la direction de Jan Goossens, a fait suite à une résidence à l'opéra La Monnaie-De Munt (Bruxelles) sous la direction de Bernard Foccroulle. Depuis 2012, il est en résidence à la Fondation de l'Abbaye Royaumont près de Paris où il prolonge l'étude des cultures du monde, la création la plus récente étant AlefBa avec des musiciens d'Egypte, Syrie, Liban, Irak et Turquie.

Cet intérêt pour les musiques non-européennes s'est surtout déclenché après un voyage déterminant chez les Pygmées Aka de la république Centre Afrique en 1992 et des voyages en Asie (principalement l'Inde) et en Afrique travaillant avec la diva malienne Oumou Sangare, le Griot Baba Sissoko et les Black Machine, le maître percussionniste indien U.K Sivaraman et le sénégalais Doudou N'Diaye Rose. En ce qui concerne la scène des musiques improvisées ; Fabrizio Cassol a travaillé avec Marc Turner, Robin Eubanks, David Gilmore, Magic Malik, Marc Ducret et Joe Lovano. Avec le Dj Grazzhoppa il crée le premier bigband de 14 DJs et avec le fabricant d'instruments François Louis il participe à la conception de l'Aulochrome, premier instrument à vent chromatiquement polyphonique. Sa pratique des expressions issues de l'oralité et de l'écriture, de la musique de chambre aux œuvres symphoniques, l'amène à donner régulièrement des ateliers ou master-classes un peu partout dans le monde.  

Requiem (titre provisoire)

Avec "Requiem" (titre provisoire), Alain Platel et Fabrizio Cassol continuent leur collaboration, qui avait commencé en 2006 avec "vsprs", suivi de "pitié !" (2008) et de "Coup Fatal" (2014). Les deux se rencontrent dans la façon dont ils utilisent du matériel connu pour écrire une nouvelle histoire. Le répertoire européen classique est une source d’inspiration dont ils puisent pour créer un nouvel univers au moyen de divers métissages. Dans cette nouvelle représentation, le "Requiem" de Mozart est le point de départ. Fabrizio Cassol cherche à chaque fois des métissages via la musique et réunit, pour le "Requiem", un groupe de musiciens africains, occidentaux et orientaux avec qui il a déjà travaillé avec plusieurs d’entre eux sur des productions antérieures. Chants et instruments leur permettent de reconstruire le "Requiem", tout en mélangeant leurs influences personnelles avec le jazz et l’opéra.

Sur le plan théâtral, Alain Platel cherche avec le groupe une traduction physique et visuelle des thèmes de la mort et des rites d’adieu.

Fabrizio Cassol est en résidence du 5 au 21 mai, en partenariat avec le Festival de Marseille