Erica Johnson

Chercheuse en littérature antillaise, États-Unis

Erica Johnson est professeure et directrice du département d'anglais de la Pace University à New York.  Elle est spécialiste de la littérature antillaise et auteure de plusieurs livres tels que Home, Maison, Casa et Caribbean Ghostwriting, et plus récemment Cultural Memory, Memorials, and Reparative Writing (2018).  Elle a également co-édité plusieurs livres sur des sujets tels que l'écriture de Jean Rhys, la mémoire coloniale et la honte.  Ses recherches se concentrent sur la mémoire culturelle et les engagements littéraires et artistiques en lien avec les archives coloniales.  

© Rodolphe Hammadi

Archival Ruins in Caribbean Art and Literature (Ruines d'archives dans l'art et la littérature des Caraïbes)

Les écrivains et les artistes des Caraïbes ont constamment abordé les angles morts des archives coloniales de la région.  Erica Johnson organise ses lectures d'archives, d'art et de littérature à partir du concept de ruines car ces archives incomplètes sont en ruines, au sens où une structure est considérée comme ruine lorsqu'elle est incomplète – un processus qui commence au moment de l'inscription dans les archives coloniales.  En écrivant de la poésie et de la prose et en créant des œuvres d'art qui forment des "néo-archives" ou des "contre-archives", les écrivains et les artistes des Caraïbes ont créé un ensemble d'œuvres distinctif qui soutient la mémoire culturelle face à la ruine des archives. Guyane : Traces-mémoires du bagne de Patrick Chamoiseau et Rodolphe Hammadi est emblématique, au sens où il met en scène des ruines architecturales dans les photographies de Hammadi qui s’accompagnent d’une esthétique de la ruine dans les écrits de Chamoiseau.