Éléonore Saintagnan

Artiste

Après des études d’arts plastiques et de cinéma documentaire, Éléonore Saintagnan est diplômée du Studio national du Fresnoy puis du master SPEAP de Bruno Latour à Sciences Po Paris. Elle reçoit en 2010 le Prix du commissaire au salon de Montrouge. En 2018, son film Une fille de Ouessant est primé meilleur court-métrage à Visions du Réel (Suisse), puis elle remporte le prix Isère art contemporain doté d’une résidence à Moly-Sabata. Elle expose en France : CRAC Alsace, Palais de Tokyo, Néon à Lyon, Mains d’œuvres à Saint-Ouen, La Criée centre d’art contemporain de Rennes, et à l’étranger : Wiels (Bruxelles), Galerie Elaine Levy (Bruxelles), ainsi que dans des festivals de cinéma comme le FID Marseille, HorsPistes au Centre Pompidou, ou DOC Fortnight au MoMA (New York) et MMCA (Séoul). Elle reçoit la mention spéciale du jury du prix COAL 2020 assortie d'une résidence à la Fondation Camargo. Elle vit et travaille à Bruxelles, en Belgique.

En savoir plus : eleonoresaintagnan.com

Le projet Moineaux

En 1958, Mao Zedong entreprit une vaste campagne de chasse aux moineaux pour en débarrasser la Chine, accusant ces oiseaux d’usurper aux hommes 25000 tonnes de grains de riz par an. En observant alors leur mode de vie, on s’aperçut qu’ils ne pouvaient, sous peine d’épuisement, voler plus de deux heures et demie d’a flée. Il fut donc décidé que pendant trois jours, jeunes et vieillards, hommes et femmes sortiraient dans la rue et dans les champs, armés de drapeaux, de gongs et de lance-pierres, pour détruire les nids, casser les œufs et empêcher les oiseaux de se poser. Dix millions d’oiseaux périrent lors de cet épisode, qui eut finalement l’effet contraire à celui escompté : l’année suivante, les insectes, dépourvus de prédateurs, dévorèrent la quasi-totalité des récoltes. Ce moment historique plutôt méconnu condense à lui seul les enjeux de la disparition des moineaux, dont la population a chuté de 95% en trente ans. Avec Le projet Moineaux, Éléonore Saintagnan s’attache à créer une sorte de rituel carnavalesque destiné à expier nos fautes humaines passées, et à rappeler, à travers un projet de recherche, les liens d’interdépendance entre les hommes et les moineaux. Un film mêlera des images tournées en couleur et des archives en noir et blanc, reconstituant notamment la campagne de Mao Zedong. Cette fable cruelle nous parle de la folie des hommes, cet exemple d’extermination étant particulièrement saisissant. Bien que lointain, cet événement n’en résonne pas moins avec notre époque, qui voit la disparition progressive et inquiétante des oiseaux et de la biodiversité en général. L’artiste agira aussi concrètement pour la préservation des moineaux en initiant la réalisation collective d’œuvres et de nichoirs dans l’espace public, et la mobilisation de jeunes et d’artistes en lien avec des associations et des scientifiques favorisant la réintroduction de l’espèce en ville.

En savoir plus

Éléonore Saintagnan est en résidence à la Fondation Camargo durant l'été 2020 dans le cadre du programme VIVANT, une saison culturelle pour la biodiversité portée par COAL et ses partenaires en préparation du Congrès mondial de la nature de l’UICN 2020 (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).